Quelles sont les différentes fibres textiles ?

Quelles sont les différentes fibres textiles ?

Tout savoir sur les différents types de fibres textiles

Avis à toutes les personnes qui souhaitent en apprendre un peu plus sur les fibres textiles, vous êtes au bon endroit ! Notre guide complet vous présente en toute transparence l’ensemble de ces fibres des vêtements que nous portons au quotidien.

Sommaire :

  • Les fibres d'origine naturelle

    Une fibre est dite naturelle quand son origine se développe dans la nature, sans aucune intervention de l’humain. La fibre d’origine naturelle peut être végétale, animale ou encore minérale. Voici un tour d’horizon complet qui vous permettra de comprendre toutes les fibres naturelles.

     

    Les fibres naturelles végétales

    Les fibres naturelles végétales sont composées de cellulose, présente dans les graines, les tiges, les feuilles, les enveloppes de fruit ou encore la sève. Elles donnent ensuite naissance à une multitude de matières comme le coton, le lin, le chanvre, la jute, l’ortie et la ramie. 

    Le coton, la superstar des fibres naturelles

    Le coton prend son origine sur un arbre. Il provient de la capsule blanche qui recouvre le fruit du cotonnier. À savoir que le coton bio est cultivé sans engrais chimique et sans pesticides. Par ailleurs, des traitements peuvent ensuite être utilisés pour renforcer la fibre du coton. La brillance et la résistance de la fibre augmentent alors de 25 % !

    On adore le coton pour tout ce qu’il a à nous offrir. Hypoallergénique et tout doux, il reste facile à entretenir. Sa résistance lui permet également d’absorber efficacement l’humidité et de faire face aux rayons UV. Toutefois, cette matière n’est pas un bon isolant. Le coton se froisse facilement et nécessite un long temps de séchage.

    Quel impact sur l’environnement ?

    • Le coton bio respecte les terres de culture.
    • Dans le cas d’une culture intensive, l’utilisation de produits chimiques et d’OGM est malheureusement autorisée. Aussi, une grande consommation d’eau est nécessaire pour créer la fibre de coton.

    Lin, la vedette qui respecte l’environnement

    En voilà une matière aux multiples atouts ! Le lin provient de la tige de la plante de lin. Celle-ci est obtenue par macération dans l’eau. Les cultures de lin sont essentiellement implantées en Europe comme en France, en Belgique et aux Pays-Bas.

    Côté caractéristiques, cette matière est aussi douce que résistante. Au toucher, vous profiterez d’une matière particulièrement aérée qui permet une rapide évaporation. Anti-allergique et anti-bactérien, on aime le lin pour son grand pouvoir absorbant. Toutefois, cette matière se froisse facilement, et se blanchit difficilement.

    Quel impact sur l’environnement ?

    • Le lin est l’une des matières les plus éco-responsables sur le marché. Il est biodégradable et nécessite peu d’eau et d’engrais pour s’épanouir.
    • Dans certains cas, le lin peut se teindre. Des produits chimiques sont alors utilisés !

     

    Les fibres naturelles d’origine animale

    Les fibres d’origine animale sont composées des poils issus de la toison de certains mammifères : le mouton, la chèvre, le lama ou encore le lapin. On retrouve également des fibres qui proviennent de sécrétions d’insectes comme le ver à soie ou les araignées. Zoom sur les deux fibres d’origine animale les plus connues !

    La laine, une fibre reconnue pour vous tenir au chaud

    La laine est une fibre précieuse qui nous provient principalement du poil du mouton obtenu par la tonte de celui-ci. De nombreux facteurs influent sur la qualité de la laine : le pays d’origine, la race du mouton et la zone sur le corps de l’animal.

    Par ailleurs, il existe différents types de laine :

    • Laine de mohair
    • Laine de cachemire
    • Laine d’angora
    • Laine de mérinos
    • Laine de shetland

    La laine est largement utilisée pour sa durabilité et sa résistance. Ses capacités d’isolation sont également appréciées. Souvent très douce, elle se veut également plutôt élastique. Et n’oubliez pas, la laine a tendance à boulocher à cause des frottements. Elle est aussi sensible à la transpiration et nécessite un lavage délicat.

    Quel impact sur l’environnement ?

    • Recyclable et biodégradable, la laine est moins gourmande en énergie que les fibres chimiques.
    • Toutefois, pour produire de la laine dans les bonnes conditions et respecter les animaux, de grands espaces sont nécessaires pour l’élevage des moutons. Par ailleurs, des produits chimiques peuvent être utilisés pour traiter et nettoyer la laine après la tonte.

    La soie, une matière aussi précieuse que soyeuse

    La soie se révèle comme une matière noble. Cette petite pépite provient de la sécrétion de la chenille d’un papillon qui produit un filament pour construire son cocon. On plonge alors ce cocon dans de l’eau chaude pour dissoudre la colle et ainsi récupérer les filaments.

    Lisse, brillante, fluide… La soie se caractérise de bien des manières ! Elle ne se froisse pas et reste légère. N’oubliez pas, elle nécessite tout de même un entretien soigné et délicat. Elle reste également sensible aux frottements, à la javel et à la transpiration.

    Quel impact pour l’environnement ?

    • La soie est biodégradable, elle constitue alors une bonne alternative écologique.
    • Malgré tout, cette matière est gourmande en ressources. Par ailleurs, beaucoup d’énergie est nécessaire pour l’élevage des vers à soie sous couveuse.

     

    Les fibres naturelles minérales

    On ne le sait pas toujours, mais les fibres textiles peuvent aussi s’obtenir par la transformation de roches solides telles que l’or, l’argent, le cuivre et l’aluminium. Celles-ci sont alors transformées en fibres métalliques et mélangées avec des fils de soie ou de polyamides. On les appelle « Lurex » ou « lamés ».

  • Les fibres d'origine artificielle

    Les fibres d’origine artificielle prennent leur origine à partir des polymères qui sont d’origine naturelle. C’est la transformation chimique qui permet ensuite de former des fils, et donc de donner vie au tissu !

     

    Les fibres artificielles cellulosiques

    La viscose

    On obtient la viscose grâce aux fibres de bois ou de la tige du coton. Cette matière est ensuite traitée chimiquement. On obtient alors des fils qui seront mélangés avec d’autres fibres comme le coton, la laine ou encore le polyester.

    De nombreux avantages caractérisent cette matière unique. La viscose est facile à entretenir, fluide, brillante et soyeuse. Elle reste tout de même fragile et peut s’abîmer si elle ne bénéficie pas d’un entretien délicat.

    Quel impact pour l’environnement ?

    • La viscose est biodégradable et issue de sources renouvelables !
    • Néanmoins, elle consomme beaucoup d’eau et nécessite l’utilisation de produits chimiques.

    Le Lyocell

    Le Lyocell prend son origine à partir de la pulpe de bois, notamment des feuillus, de l’eucalyptus et du bambou. Puis, la pulpe est décomposée chimiquement avec un solvant organique recyclable pour être transformée en fibres. La solution obtenue est filtrée pour ensuite être filée.

     

    Les fibres artificielles protéiniques

    Encore très peu utilisées dans le monde de l’habillement, les fibres artificielles protéiniques sont issues de protéines de soja, de maïs, d’arachides, de caséine de lait ou de feuille d’ananas.

  • Les fibres d'origine synthétique

    Encore différentes des fibres artificielles, les fibres synthétiques sont réalisées à partir de pétrole, de charbon et même d’huile de ricin. Ces éléments entrent ensuite en réaction à travers des procédés chimiques de synthèse.

    Le saviez-vous ? Ces tissus dévoilent des caractéristiques bien différentes des autres types de fibres.

     

    Les fibres synthétiques issues du pétrole

    Le polyester

    La plus connue des fibres synthétiques ? On a nommé le polyester ! Celui-ci s’obtient grâce à un mélange d’alcool et d’acide. Il est parfois mélangé avec de la laine, de la viscose ou du coton.

    D’un côté, le polyester est totalement infroissable, facile à entretenir et résistant. D’un autre, il reste peu respirant et a tendance à boulocher en présence d’une autre fibre. Cette matière peut également provoquer de l’électricité statique.

    Les progrès technologiques ont permis d’améliorer la sensation, le drapé et l’aspect du polyester : il devient une fibre de qualité supérieure.

    Quel impact pour l’environnement ?

    • Le polyester est recyclable.
    • De manière générale, cette matière a un mauvais impact sur l’environnement. En effet, elle consomme beaucoup d’énergie et n’est pas biodégradable.

    Le polyamide

    Il existe plusieurs polyamides qui sont numérotés selon leur formule chimique. Le plus connu reste le polyamide 6.6 appelé « nylon », celui-ci possède une très bonne résistance.

    Cette matière se veut facile à entretenir : elle est infroissable et ne rétrécit pas ! Ses points faibles ? Le nylon n’est pas absorbant et reste sensible aux UV, à l’humidité et à la chaleur. Il peut également retenir facilement la poussière.

    Quel impact pour l’environnement ?

    • Le polyamide est recyclable.
    • Il n’est pas biodégradable. Les matières premières utilisées ne sont pas renouvelables. Pour obtenir du polyamide, beaucoup de ressources naturelles sont également exploitées.

    L’acrylique

    Ici, il s’agit d’un dérivé du pétrole. La fibre peut être utilisée seule ou avec d’autres fibres comme le coton, la soie ou les fibres synthétiques par exemple. L’acrylique se révèle comme une formidable alternative pour réaliser des imitations de fourrures naturelles.

    Isolant thermique puissant, l’acrylique offre de nombreux autres atouts ! Elle se veut infroissable et particulièrement agréable au toucher. Par contre, elle peut boulocher et n’a pas de pouvoir absorbant. D’autre part, l’acrylique retient la saleté huileuse et perd progressivement ces fibres lors du lavage en machine.

    Quel impact pour l’environnement ?

    • Les fibres acryliques recyclées peuvent être réutilisées pour concevoir une autre matière.
    • On utilise malheureusement beaucoup de ressources naturelles pour donner vie à l’acrylique. Par ailleurs, cette matière n’est ni renouvelable ni biodégradable.

    L’élasthanne

    Fabriquée à partir d’un caoutchouc synthétique et des solvants, l’élasthanne est beaucoup utilisé dans la confection de vêtements souples et stretch.

    Ultra-confortable, cette matière reste élastique et résistante aux agents chimiques. De plus, elle sèche en un temps record ! Seulement, elle se fragilise dans le temps. En effet, l’élasthanne est sensible au chlore, aux UV, au jaunissement et à la chaleur du fer à repasser.

    Quel impact pour l’environnement ?

    • Il existe des techniques de recyclage de l’élasthanne, pourtant encore trop peu développées. 
    • Les matières premières utilisées ne sont pas renouvelables ni biodégradables. D’autant plus que la production de ce tissu implique une grande consommation de ressources naturelles.

     

    Les fibres synthétiques issues de la biomasse

    Les fibres synthétiques issues de la biomasse sont une véritable alternative écologique puisqu’elles répondent directement aux problématiques environnementales liées à la production de tissu. En effet, de nouvelles fibres ont été développées à partir de la biomasse. Autrement dit, plusieurs solutions sont mises en place pour produit des tissus issus de ressources renouvelables.

     

    Les fibres, qu’elles soient synthétiques, naturelles ou artificielles, font partie du monde de l’habillement. N’hésitez pas à vous référer autant que nécessaire à ce guide lors de vos travaux de couture !